Pourquoi il faut amnistier

Adoptée par le Sénat, la proposition de loi sur l’amnistie sociale est discutée ce jeudi à l’Assemblée. Son rejet, alors qu’elle est déjà très limitée, serait grave tant le patronat semble bénéficier, lui, d’une ravageuse impunité.

Michel Soudais  • 16 mai 2013 abonné·es

C’est le dernier épisode d’un fol « acharnement judiciaire ». Cinq syndicalistes de Roanne (Loire), membres de la CGT, Christel Coste, Christian Osete, Jean-Paul Barnaud, Gérald Dionizio et Didier Marchand, « les cinq de Roanne » comme on les appelle, sont convoqués le 22 mai pour un prélèvement ADN, en application de l’article 706-56 du code de procédure pénale. Une mesure « humiliante » qui les assimile de manière « intolérable » à de « véritables criminels », proteste Serge Lenoir, secrétaire de l’union locale CGT. Les faits qui leur valent ce traitement sont pourtant bien insignifiants. Le 23 septembre 2010, vers 6 heures du matin, ces cinq agents du secteur public – ils sont hospitaliers ou employés de la société de fabrication de matériel militaire Nexter (ex-Giat) – sont surpris par

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 8 minutes