Roms : Expulsés par les flammes

Il n’y avait ni eau ni électricité dans cette usine désaffectée où vivaient environ 300 Roms.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


L’incendie qui a tué trois Roms dans un squat à Lyon le 13 mai pourrait avoir été provoqué par une bougie. Rien d’étonnant : il n’y avait ni eau ni électricité dans cette usine désaffectée où vivaient environ 300 Roms depuis octobre 2012. Mais Laurent El Ghozi, du collectif Romeurope (voir Politis n° 1251), n’exclut pas une origine criminelle : « C’est le douzième incendie d’une habitation rom depuis le début de l’année… » Ce squat devait être évacué le lendemain de l’incendie. La circulaire du 26 août 2012 conditionne les évacuations à un diagnostic social et à des solutions de relogement. D’après les associations, aucune solution n’avait été proposée.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents