Sahara occidental : Les États-Unis reculent face au Maroc

La mission de paix des Nations unies n’obtient pas de compétences sur la surveillance des droits de l’homme.

Hassanna Abba, militant sahraoui pour le respect des droits humains au Sahara occidental, rencontré fin mars lors du Forum social mondial de Tunis, montre des cicatrices sur son corps. Elles proviennent d’une séance de tabassage et de torture entre les mains de policiers en civil, affirme-t-il. « Ils ont tenté de graver au couteau un drapeau marocain sur mon torse », raconte l’étudiant. Les faits se sont déroulés lorsqu’il a été brièvement kidnappé, en 2010, à proximité d’Al-Ayoun, capitale de l’ancienne…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.