Un tournant de la relance !

En 2013, 24 pays sur 27 ne pourront respecter le pacte de stabilité.

Après le FMI, le président de la Commission européenne a avoué son doute quant à l’efficacité des politiques d’austérité, qu’il recommandait jusqu’alors dogmatiquement. Le rythme de réduction des déficits imposé par la Commission était ainsi plus strict que celui en vigueur dans les nouveaux textes européens. Alors que le « six-pack » demande aux États de la zone euro de réduire leur déficit public de 0,5 point de PIB par an jusqu’aux 3 % du pacte de stabilité, le rythme imposé par la Commission était de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Marlène Schiappa au tribunal

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Poutine, une aubaine pour Washington

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.