Extrême-droite : La dissolution fait débat

Après l’agression mortelle de Clément Méric, le gouvernement envisage d’interdire des mouvements d’extrême droite.

Au Sénat, Jean-Marc Ayrault avait promis de « tailler en pièces de façon démocratique, sur la base du droit, [les] mouvements d’inspiration fasciste et néonazie ». Sitôt acquise la certitude que Clément Méric, militant antifasciste de 19 ans, avait bien succombé aux coups que lui avaient portés des skinheads proches des Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR), le Premier ministre a demandé sans attendre au ministre de l’Intérieur d’engager une procédure visant à dissoudre ce mouvement. Le…

Il reste 89% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.