Le préfet de police a le sens de la famille

Mon charmant voisin m’avait fait une énigmatique prophétie : « J’connais
du monde, ce soir, tu dormiras en prison ! »

Trois gaillards, le genre sportif, jeans, baskets, blousons et brassards fluo siglés BAC. À ma porte, un dimanche à 20 heures ? Une méprise sans doute. Je repose mon verre de Quinquina, lâche le bol de pistaches et ouvre grand ma porte : « Messieurs, bonsoir ! » Les voilà aussi surpris que moi. S’attendaient à quoi, les hommes du SGEG ? Rédoine Faïd, Jean-Claude Mas, Claude Guéant ? « Vous avez eu une altercation avec un voisin ce matin ? » Je balaie le disque dur de ma journée, et là, tout s’éclaire.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.