Pas de très bonne humeur…

Cela fait au moins dix ans que les forgerons de l’opinion exhibent leur décomplexion.

Que je te dise : je ne suis pas de très bonne humeur. Les commentaires médiatiques des un(e)s et des autres après la mort de Clément Méric, tué la semaine dernière par des fafs, commencent à me gonfler – et je ne parle pas ici des petites (ou moins petites) crapules qui nous expliquent doctement que la mort de ce jeune homme est le résultat, certes assez triste, d’une banale bagarre de rue entre extrémistes équivalents : après tout, ces gens sont payés pour débiter des saloperies, et nous ne devrions plus…

Il reste 82% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.