Philippe Marzolf : « Si on trompe le public, on radicalise les opposants »

Philippe Marzolf critique les dysfonctionnements de la Commission nationale du débat public, à l’occasion du projet d’enfouissement des déchets à Bure. Selon lui, le jeu est bloqué d’avance.

Le débat public qui devait se tenir à Bure (Meuse) sur la création d’un centre de stockage des déchets nucléaires français vient d’avorter (voir ci-contre). Pour Philippe Marzolf, cet échec est représentatif des ambiguïtés que porte ce processus, jouant trop souvent un rôle d’accompagnement de projets déjà ficelés avant la rencontre avec le public. Êtes-vous surpris par l’interruption du débat public à Bure ? Philippe Marzolf : C’était largement prévisible. Les associations étaient très remontées et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents