Une loi pour quoi faire ?

Le projet est ambitieux, mais les associations ont des doutes sur son efficacité et son financement.

La Loi Alur pour l’accès au logement et un urbanisme rénové, sur laquelle planchent Cécile Duflot et son équipe depuis leur arrivée au ministère, est une somme. Tellement épaisse que le cabinet la présente par morceaux depuis plusieurs semaines et que les associations impliquées dans la lutte contre le mal-logement, comme la Fondation Abbé-Pierre, pointaient dès cet hiver une difficulté à suivre toutes les discussions dans le détail (voir le hors-série de Politis n° 58). Encadrement des loyers, lutte…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents