Deux mauvaises nouvelles

L’alternative n’est pas : austérité ou retour aux monnaies nationales.

Le Conseil européen de juin est celui où les États entérinent les recommandations spécifiques par pays, initiées par la Commission dans le cadre du semestre européen encadrant les lois de finance. La bonne nouvelle de ce Conseil est la suspension du pacte de stabilité pour la France, l’Espagne, l’Italie et le Portugal. La Commission reconnaît enfin l’existence du « multiplicateur budgétaire » : une contraction des dépenses en période de récession a pour effet d’approfondir celle-ci, de réduire les recettes…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.