Retraites : propositions autorisées au PS

Le texte adopté par le bureau national du PS prend quelques distances avec le rapport Moreau, sans contrarier les intentions de François Hollande.

Michel Soudais  • 18 juillet 2013 abonné·es

Embarras maximum, louvoiement extrême. Confronté à la perspective de devoir soutenir une réforme des retraites trois ans après celle de Nicolas Sarkozy et de François Fillon, à laquelle s’il s’était opposé, le PS tente de faire valoir ses propositions en évitant de renier trop ouvertement ce qu’il défendait dans l’opposition. Un texte de neuf pages, adopté en bureau national le 9 juillet par

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 4 minutes