Un plan vert pâle

La moitié des investissements d’avenir devaient aller à l’écologie. On en est loin.

Politis  • 18 juillet 2013 abonné·es

On a beau triturer les chiffres dans tous les sens, pas moyen de donner raison au Premier ministre : sur les 12 milliards d’euros de son plan d’investissements d’avenir, annoncé le 9 juillet, seuls 2,3 milliards sont affectés à « la transition énergétique, à la rénovation thermique et à la ville de demain ». En ajoutant 1,7 milliard prévu pour l’industrie « durable » – bien qu’aucun critère n’ait été précisé –, un tiers des projets seraient « verts », et non 50 %, comme annoncé.

Pour défendre l’engagement de consacrer « plus de la moitié des investissements, directement ou indirectement, à la transition écologique », le Premier ministre indique qu’ils seront soumis à des critères « d’écoconditionnalité ». Là encore, toute la portée de l’annonce réside dans la qualité des exigences présentées dans les appels d’offres, négociation renvoyée à la rentrée. Au bout du compte, ce plan est bien faible au regard des enjeux écologiques. Les associations, telle la Fondation Nicolas-Hulot, relèvent l’effort mais se montrent globalement circonspectes. Delphine Batho, limogée début juillet de son poste de ministre de l’Écologie pour avoir critiqué le budget 2014, s’est fait un plaisir de souligner que le compte n’y est pas. Europe Écologie-Les Verts montre en revanche plus d’enthousiasme, saluant des « annonces fortes » et exprimant son soulagement : « Nous revenons de loin », souligne un communiqué. Pascal Durand, secrétaire national d’EELV, va jusqu’à parler de « vraie rupture et d’un début de transition ».

Une manière de saluer un signe d’apaisement de la part de Jean-Marc Ayrault, après les remous provoqués par l’affaire Batho. La mention « d’écoconditionnalité », dont se félicitent les cadres écologistes, a d’ailleurs été ajoutée in extremis au plan. Le Premier ministre ne l’ignore pas, l’université d’été d’EELV, à la fin du mois d’août, sera en partie consacrée au bilan d’une année de participation gouvernementale des écologistes. Par ailleurs, d’autres signes laissent douter de la sincérité de Jean-Marc Ayrault –  « l’écologie n’est pas une variable d’ajustement ». Avec son plan, il a annoncé avoir tranché pour le « scénario 2 » du rapport Duron (suite à la commission Mobilité 21), qui prévoit la réalisation prochaine de huit tronçons autoroutiers (au lieu d’un dans le scénario 1). Et si les écologistes saluent la priorité donnée à la rénovation, au chapitre ferroviaire (report des coûteuses nouvelles lignes à grande vitesse, à l’exception de Bordeaux-Toulouse), ils ont déclenché en Rhône-Alpes une bronca face au flou entretenu concernant le projet très controversé de ligne Lyon-Turin. Pas un mot pour signaler un report, pourtant clairement souhaité par le rapport Duron (qu’Ayrault a déclaré endosser totalement), c’est donc qu’il pourrait démarrer bientôt, « protégé » par l’accord qui lie la France et l’Italie [^2]. De même, silence complet sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, considéré comme « engagé » et donc hors débats…

[^2]: Voir l’article de Thierry Brun : www.politis.fr/Lyon-Turin-vers-un-investissement,23015.html

Écologie
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…

Nicolas, pêcheur de Loire : une espèce en voie de disparition
Portrait 24 juillet 2024 abonné·es

Nicolas, pêcheur de Loire : une espèce en voie de disparition

Sur le plus long fleuve de France, ils ne sont plus qu’une soixantaine à exercer leur métier. Une activité qui fait figure d’artisanat en comparaison de la pêche en mer. Rencontre avec un passionné attentif à son environnement.
Par Mathilde Doiezie
De Poitiers à La Rochelle, une lutte contre les mégabassines entre flammes et océan
Reportage 22 juillet 2024

De Poitiers à La Rochelle, une lutte contre les mégabassines entre flammes et océan

Au cours d’une semaine de mobilisation contre les mégabassines, des milliers manifestants se sont rassemblés dans les Deux-Sèvres à l’appel des Soulèvements de la terre et de Bassines Non Merci. Les 19 et 20 juillet, les militants ont manifesté à côté de Poitiers et à La Rochelle pour exiger un moratoire. Récit et photos.
Par Maxime Sirvins
Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines
Reportage 15 juillet 2024 abonné·es

Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines

L’établissement des Deux-Sèvres voit mûrir au sein de son BTS gestion et protection de la nature une nouvelle génération d’activistes contre l’accaparement de l’eau. Ses élèves aux parcours sinueux trouvent dans ce terroir et son activité militante le déclic d’un engagement durable.
Par Sylvain Lapoix
L’écologie unie face à l’extrême droite
Écologie 25 juin 2024

L’écologie unie face à l’extrême droite

À l’initiative de Reporterre, de nombreuses ONG, penseurs écologistes et militants se sont réunis le lundi 24 juin à Paris. L’objectif : dénoncer l’imposture écologique de l’extrême droite et les dangers de son accession au pouvoir sur l’environnement.
Par Tristan Dereuddre