Iran : Tournant diplomatique

François Hollande, en éclaireur, devait rencontrer Hassan Rohani. Une entrevue du nouveau président iranien avec Barack Obama n’était pas exclue ensuite.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


L’assemblée générale de l’ONU qui s’ouvrait mardi à New York sera-t-elle le moment d’un tournant des relations diplomatiques avec l’Iran ? François Hollande, en éclaireur, devait rencontrer Hassan Rohani. Une entrevue du nouveau président iranien avec Barack Obama n’était pas exclue ensuite. Téhéran s’est dit prêt à discuter avec les capitales occidentales, marquant bien sa rupture avec l’ère Ahmadinejad. En jeu, le dossier nucléaire, et à terme, peut-être, la levée des sanctions internationales qui pèsent lourdement sur l’économie iranienne. L’Iran et les États-Unis n’entretiennent plus de relations diplomatiques depuis trente-trois ans.


Haut de page

Voir aussi

Tirs de la BAC à Stains : la version policière démontée par une reconstitution en 3D

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.