Délire et sagesse du hibou

Pour la jeunesse, mais pas seulement, une création de Fabrice Melquiot à Genève.

Gilles Costaz  • 10 octobre 2013 abonné·es

Concernant ce qu’on appelle le « jeune public », la France a toujours été un peu inconstante. Tantôt elle lui a donné une importance réelle, comme dans les années 1970, ou lui a consacré des moyens (nous avons quand même six centres dramatiques pour la jeunesse). Tantôt elle

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Théâtre
Temps de lecture : 3 minutes