Les Bushmen, dépossédés de leurs terres

Non content de harceler les Bushmen depuis plusieurs décennies, le gouvernement botswanais a fait de ce peuple un argument touristique pour attirer les voyageurs en mal d’authenticité.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Sur le site anglophone de l’Office du tourisme botswanais, l'internaute est exhorté à visiter la réserve de chasse du Kalahari central. Un espace unique, nous explique-t-on, qui « a été originellement établi pour servir de sanctuaire aux San [Bushmen], o ù ils pouvaient vivre traditionnellement de la chasse et de la cueillette sans intrusion ni influence du monde extérieur » . Notons l’usage de l’imparfait.

Les Bushmen ont en effet subi, au cours des dernières décennies, leur lot d’intrusions, voire d’expulsions. Le gouvernement botswanais, sous prétexte de conservation de la nature, les a forcés à quitter la réserve en 1997, en 2002 et en 2005. Une hostilité qui n’est pas étrangère à la découverte de gisements de diamants à l’intérieur de ce territoire. En 2006, une victoire juridique a finalement permis aux Bushmen de rester sur place. Non sans heurts : les autorités botswanaises s’efforcent depuis de leur rendre la chasse, donc la vie, impossible. Aujourd’hui logés dans des camps de relocalisation, les rares Bushmen à oser s’attaquer au gibier font régulièrement l’objet d’arrestations musclées, voire de torture. En réaction, Survival International , ONG pour la défense des droits des peuples indigènes, en appelle au boycott du tourisme au Botswana.


Photo : MONIRUL BHUIYAN / AFP

Haut de page

Voir aussi

Paul Veyne : « La fascination pour l'Antiquité ne m'a jamais quitté »

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.