L’illumination pasolinienne : entretien avec Emanuele Trevi

Dans Quelque chose d’écrit, Emanuele Trevi donne une lecture inédite de l’œuvre du poète.

Christophe Kantcheff  • 24 octobre 2013 abonné·es

Au début des années 1990, Emanuele Trevi a travaillé au fonds Pasolini, que dirigeait à sa manière excentrique Laura Betti, qui fut proche de Pier Paolo Pasolini. Dans Quelque chose d’écrit, Emanuele Trevi s’approche du poète assassiné en 1975 en dressant le portrait de l’actrice et chanteuse, « la Folle », et en donnant une passionnante lecture de Pétrole [^2], roman posthume publié en Italie dix-sept ans après la mort de Pasolini, qui a renouvelé la perception de son œuvre.

Pourquoi n’avoir envisagé que le Pasolini de la fin, celui de Salo

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 6 minutes