Quand l’extrême droite revendique Camus

Benjamin Stora et Jean-Baptiste Péretié reviennent sur l’exposition d’Aix-en-Provence.

Qui douterait de l’actualité d’Albert Camus pourrait s’en convaincre à la lumière de l’affaire de l’exposition d’Aix-en-Provence. Une affaire qui est relatée par ses deux « victimes », l’historien Benjamin Stora et le documentariste Jean-Baptiste Péretié, dans un petit livre justement titré Camus brûlant. Sollicité en 2008 pour concevoir cette manifestation organisée à l’occasion du centenaire de la naissance de l’écrivain, l’historien, spécialiste de l’Algérie, en a été brutalement évincé en novembre…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents