« 1960 », de Jacques Barbaut : Une année yé-yé-yeah !

Dans 1960 , Jacques Barbaut ressuscite l’esprit de l’époque, sourire en coin.

Certains pensent que, pour retrouver l’esprit d’une époque, il suffit de la reconstituer comme on érige un décor de carton, et d’y raconter une histoire consensuelle au point de pouvoir dire qu’elle se fonde sur la volonté de dénoncer une injustice – le malheureux sort des poilus, par exemple – et finalement de remporter… le Goncourt. D’autres n’ont pas cette prétention, mais tablent sur un pari plus ouvert. C’est le cas de Jacques Barbaut avec 1960. 1960 pourrait être rapproché du Je me souviens, de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents