Fragments d’aliénation

Jacques Allaire touche à l’essence de l’œuvre de Franz Fanon. Et à l’universalité de sa pensée.

Anaïs Heluin  • 14 novembre 2013 abonné·es

Relire Fanon (1925-1961), « reprendre à notre compte et dans les conditions qui sont les nôtres certaines des questions qu’il ne cessa de poser en son temps et qui avaient toutes trait à la possibilité, pour chaque sujet humain et pour chaque peuple, de se mettre debout  ». Cette injonction portée par Critique de la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Théâtre
Temps de lecture : 3 minutes