Fragments d’aliénation

Jacques Allaire touche à l’essence de l’œuvre de Franz Fanon. Et à l’universalité de sa pensée.

Relire Fanon (1925-1961), « reprendre à notre compte et dans les conditions qui sont les nôtres certaines des questions qu’il ne cessa de poser en son temps et qui avaient toutes trait à la possibilité, pour chaque sujet humain et pour chaque peuple, de se mettre debout ». Cette injonction portée par Critique de la raison nègre, le tout récent essai d’Achille Mbembe 1, Jacques Allaire aurait pu la prononcer mot pour mot. Mais sa façon à lui de mettre à jour des pensées menacées par l’amnésie collective,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents