Iran : Des vainqueurs et des vaincus

L’accord de Genève amorce un bouleversement politique dont tout le monde ne se réjouit pas.

Bien entendu, il y a les termes de l’accord. Les seuils d’enrichissement d’uranium que l’Iran ne devra pas franchir. Bien sûr, il y a la levée partielle des sanctions économiques, qui va renforcer la position du président Hassan Rohani. Mais, au fond, les négociateurs de Genève, Américains et Russes principalement, avaient surtout en tête les conséquences politiques d’un accord avec l’Iran. Pour autant que cet accord tienne, et qu’il soit confirmé dans six mois, cette longue négociation aura fait des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.