Niger : derrière les otages, la manne de l’uranium

La libération des salariés d’Areva intervient alors que le géant du nucléaire remodèle sa stratégie d’approvisionnement du minerai.

Après trois ans de détention dans le désert saharien, le retour en France de Thierry Dole, Marc Féret, Daniel Larribe et Pierre Legrand a rapidement soulevé des interrogations sur les conditions de leur libération. Paris a-t-il, comme l’affirment plusieurs sources, versé 20 à 25 millions d’euros aux terroristes qui ont relâché les quatre salariés d’Areva, enlevés en compagnie de trois autres en septembre 2010 sur le site d’extraction d’uranium de la région d’Arlit, au nord-ouest du Niger ? Alors que…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.