Prostitution : ce que changera la loi

La pénalisation du client sortirait les personnes prostituées de la délinquance, mais elle aggraverait encore leur précarité.

Ingrid Merckx  et  Lena Bjurström  • 14 novembre 2013 abonné·es

Le fossé est grand entre l’escort-girl occasionnelle et la victime de traite en situation irrégulière. La « prostitution forcée » regroupe majoritairement des migrantes victimes de réseaux ou contraintes par le remboursement de leur dette à un passeur. La « prostitution choisie » rassemble des Françaises qui clament leur indépendance et refusent d’être considérées comme des victimes. Cette notion est cependant contestée : « Le choix est biaisé puisqu’il est, pour la plupart, contraint par la précarité économique », tranche Esther Jeffers, membre d’Attac. Dans la proposition de projet de loi (PPL), l’amalgame entre

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 6 minutes