Retour, satisfait, du Mont-Blanc

Ce week-end, alors que toutes et tous subissaient, ou assumaient la commémoration patriotique d’un vain massacre, des responsables de l’Economie sociale, venus de 47 pays, regardaient résolument vers l’avenir, la transformation sociale et l’internationalisme.
_ Si elle fut peut être un peu dépassée par la diversité des sujets abordés, cette session a rompu avec la petite musique et les paroles souvent convenues entre plaintes et autosatisfaction qui marquent trop de réunions de, et autour de, l’ESS.

Jean-Philippe Milesy  • 12 novembre 2013
Partager :

Le ministre Benoît Hamon, le premier, a cherché à échapper à « défense et illustration de la loi relative à l’ESS » pour situer les démarches d’ESS dans leur contexte économique et dans leur nécessaire dimension de solidarités internationales.

La présence de sa collègue ministre équatorienne de l’Economie populaire a beaucoup impressionné avec l’inscription de cette économie au cœur de la Constitution et des stratégie du pays sous la conduite de Rafael Correa.

Même si le caractère institutionnelle marquait davantage le discours de sa collègue marocaine, on voyait dans toutes les interventions le même engagement face au monde « in-soutenable » (pour reprendre le mot de Patrick Viveret) économiquement, socialement et écologiquement dans lequel nous vivons.
_ Africains, sud-américains, asiatiques, québecois ont ainsi porté des initiatives, des innovations dont il est nécessaire que les européens (peu présents à l’exception des français et des espagnols) s’emparent pour imposer l’Economie sociale comme une alternative au capitalisme libéral comme l’affirme Thierry Jeantet, l’âme de ces rencontres.
_ Mais ces rencontres sont un travail collectif fondé sur ce qui apparaît comme un bloc affinitaire et dynamique de l’ESS constitué autour de la MACIF, de la MAIF, du Crédit coopératif et du Groupe Chèque-Déjeuner.

Des thèmes ont émergé comme les biens communs, l’éducation, la ville
comme autant de terrains d’alliances pour les forces d’Economie sociale et les mouvements citoyens. Les objectifs du millénaire qui servaient de fil rouge à la session ne peuvent être atteints sans changements radicaux, et sans rassemblements.
On peut prendre pour exemple la volonté exprimée par Thierry Jeantet que les RMB rejoignent l’engagement du Forum mondial des Villes présenté par Ghazi Hidouci, ancien ministre algérien des l’Economie et des Finances et, depuis son exil, président de l’AITEC, lors d’un débat avec Alain Lipietz.

Cette session aura pleinement profité de l’air vivifiant de la montagne et de la sérénité imposée par les premières neiges pour rompre avec les routines et les préoccupations court-termistes et organisationnelles, mêmes si elles sont réelles et légitimes, dans lesquelles l’ESS s’enferme trop souvent.

On trouvera les débats dans le détail sur le site des RMB https://www.rencontres-montblanc.coop et des entretiens avec les protagonistes les plus marquants dans le supplément ESS que l’Humanité doit publier le 3 décembre.

Publié dans
Les blogs et Les blogs invités
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don