Rythmes scolaires : les messages s'embrouillent

La grève contre la mise en place des nouveaux rythmes scolaires fait apparaître des revendications disparates. La division profite aux maires de droite opposés à la réforme.

Ça n'est pas la semaine de 4,5 jours qui gêne , mais la manière dont elle est organisée dans les près de 4 000 villes qui ont appliqué la réforme des rythmes scolaires en septembre 2013. Tel est le message que tentent de faire passer un certain nombre d'organisations appelant à la grève ce jeudi 14 novembre. Y compris les fédérations qui, comme le Snuipp Paris, demandent le report de la réforme. « Personne n'est pour le statu quo » , précise le syndicat, très mobilisé dans la capitale, où les problèmes…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents