Vive l’opéra bouffon !

Samuel Achache et Jeanne Candel s’approprient Didon et Énée, de Purcell. Résultat : un patchwork réjouissant où tous les genres sont à égalité.

Depuis sa création en janvier 2013 à la Comédie de Valence, le Crocodile trompeur-Didon et Énée ne cesse de réconcilier des salles combles avec l’opéra. Ou plutôt avec les ruines de l’opéra grand style, du baroque un peu ampoulé d’Henry Purcell, de sa sublime Didon qui meurt d’être abandonnée par le très élu des dieux Énée. Car au lieu de jurer fidélité au livret d’origine, les metteurs en scène Samuel Achache et Jeanne Candel ont pris le parti d’aller glaner ici et là, sans méthode ni idée préconçue, les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents