« Aimer si fort… » : Des corps et des cris

Guy Alloucherie s’empare d’ Aimer si fort… , une pièce chorale enragée d’Angélica Liddell.

Anaïs Heluin  • 12 décembre 2013 abonné·es

Dans sa Maison de la force, grande révélation du Festival d’Avignon en 2011, l’Espagnole Angélica Liddell faisait crier des femmes. Des Occidentales en mal d’amour et des Mexicaines de Ciudad Juárez qui, dans le hurlement, se rejoignaient autant

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Théâtre
Temps de lecture : 2 minutes