BD : lire comme on se souvient

L’encre d’Yvan Alagbé est de Chine, de négritude et de ressassement.

Àl’école de la misère, on entre en silence. Et en désordre. Comme des surgissements de mémoire, les images se juxtaposent. Leur sens est flottant, leur lien aussi, et parfois jusqu’à leur représentation. Du noir à l’à peine gris, l’encre de Chine joue sa pleine palette et esquisse à grands coups de pinceaux mouillés les thèmes d’Yvan Alagbé, auteur et cofondateur du collectif d’éditeurs FRMK. Il y a là une femme en contre-plongée, puis son corps allongé qui jouit ou donne la vie. Il y a des horizons…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents