Renault ou le capitalisme sans frein

Benjamin Cuq révèle une stratégie industrielle dominée par l’appétit du profit.

C’est un livre à charge sur Renault. Une enquête sur le premier constructeur automobile français, dont on disait dans le passé : « Renault éternue, la France s’enrhume. » Cette phrase n’est plus qu’un lointain souvenir, démontre Benjamin Cuq, journaliste spécialiste de l’automobile, qui s’interroge sur le désamour des Français pour la marque au losange en fouillant son histoire. Quelle est donc la raison du « divorce » ? Certains l’attribuent à la vague de suicides, entre 2006 et 2007, qui a touché les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Droit à l’avortement, cause universelle

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.