Renault ou le capitalisme sans frein

Benjamin Cuq révèle une stratégie industrielle dominée par l’appétit du profit.

Thierry Brun  • 12 décembre 2013 abonné·es

C’est un livre à charge sur Renault. Une enquête sur le premier constructeur automobile français, dont on disait dans le passé : « Renault éternue, la France s’enrhume. » Cette phrase n’est plus qu’un lointain souvenir,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Idées
Temps de lecture : 2 minutes