Utopies réalistes

Ce qui est parfois désespérant, ce n’est pas l’absence de solutions, c’est le manque d’articulation avec les forces politiques existantes.

Denis Sieffert  • 5 décembre 2013 abonné·es

En France, fonder un nouveau mouvement politique relève de la gageure. Au cours des trois dernières décennies, seuls les Verts, en 1984, et le Parti de gauche, en 2009, ont à peu près réussi leur coup. Mais sans jamais pouvoir déloger les dinosaures socialistes de leur position dominante au sein de la gauche. Saluons donc comme il se doit l’audace de l’économiste Pierre Larrouturou avec sa Nouvelle Donne, nommée ainsi en référence au New Deal de Roosevelt. Nul ne peut prédire l’avenir de ce mouvement porté sur les fonts baptismaux par des intellectuels et personnalités parfois proches de Politis – je pense à Susan George, à Dominique Méda ou à Jean Gadrey, qui signe une chronique plus loin dans ce journal – et par d’autres qui le sont beaucoup moins.

Quoi qu’il en soit, l’initiative met cruellement en évidence les

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Une analyse au cordeau, et toujours pédagogique, des grandes questions internationales et politiques qui font l’actualité.

Temps de lecture : 5 minutes