Agnès Tricoire : « Il n’y a pas un seul visage du censeur »

Agnès Tricoire dénonce l’augmentation des tentatives d’interdiction d’œuvres artistiques. La plupart au nom de la « morale ».

Olivier Doubre  • 30 janvier 2014 abonné·es

Juriste spécialisée en propriété intellectuelle, déléguée de l’Observatoire de la liberté de création, structure interassociative née au sein de la Ligue des droits de l’homme, Agnès Tricoire a plaidé ou alerté à maintes reprises contre les volontés d’interdiction d’œuvres artistiques ou littéraires. Une forme particulièrement active aujourd’hui de retour à l’ordre moral dans le domaine

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Le retour de l'ordre moral
Temps de lecture : 4 minutes