Manuel Valls, l’homme qui en fait trop

En tête de pont sur l’affaire Dieudonné, le ministre de l’Intérieur continue d’occuper le terrain médiatique, n’hésitant pas à faire sans cesse sa promotion, sans égards pour les dégâts qu’il provoque.

Michel Soudais  • 16 janvier 2014 abonné·es

Après deux semaines sous les projecteurs médiatiques, c’est dans les pages « Loisirs et spectacles » du Parisien que Manuel Valls dressait, lundi, le bilan de son offensive contre Dieudonné. Le ministre de l’Intérieur s’y défend d’avoir « mené un combat personnel »  : « Nous nous sommes mobilisés, et la mécanique de la haine a été effectivement cassée. » Si le premier flic de France présente l’interdiction du spectacle de « l’humoriste », confirmée à trois reprises par le Conseil d’État, comme une victoire collective, ce « nous » n’est que de pure forme. Car quelques phrases plus loin, c’est bien à lui seul

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 6 minutes