Suisse : Crise avec l’Union européenne

C’est le principe de la libre circulation, condition des accords commerciaux avec l’UE, qui est remis en cause.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


En se prononçant, à l’invitation du parti populiste Union démocratique du centre, en faveur d’une limitation de l’immigration, la Suisse a ouvert une crise avec l’Union européenne. C’est le principe de la libre circulation, condition des accords commerciaux avec l’UE, qui est remis en cause. Ce qui inquiète fort le patronat suisse. De façon symptomatique, les commentaires et les critiques, en France, ont surtout ciblé les risques pour l’économie libérale. C’est l’angoisse des patrons et des banquiers qui a prévalu sur le caractère tout simplement discriminatoire et xénophobe du référendum du 9 février.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.