Fragile jeunesse en zone de combat social

Un regard tendre de Nasser Djemaï sur des post-ados, entre dégoût du corps et révolte radicale.

Ceux qui ont vu Invisibles (et qui le verront, car le spectacle tourne encore) n’ont pu l’oublier. Nasser Djemaï rendait la vie, la dignité, le droit à l’histoire aux « chibanis », ces travailleurs algériens âgés qui ne pouvaient rentrer au pays dans les années 1970 et survivaient, désespérés, dans des foyers – tout cela parce que la France ne leur aurait pas versé leur misérable retraite s’ils avaient quitté le territoire. Auteur et metteur en scène, chef d’une compagnie sise à Grenoble, Djemaï consacre…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.