Fusions et confusions

Les résultats du premier tour ouvrent à d’âpres négociations entre candidats, listes et partis, avec des règles et des stratégies parfois obscures.

Deux jours de tractations en tous sens. Entre dimanche soir et mardi 18 heures, ultime limite pour déposer en préfecture les listes candidates au second tour, les discussions sur les fusions de liste et les désistements pour « barrer la route » au Front national ont été bon train. Une conséquence du mode de scrutin, qui permet aux listes ayant obtenu plus de 10 % des suffrages exprimés de se maintenir au second tour. Mais qui les autorise aussi à fusionner dans l’entre-deux tours, y compris avec des listes…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.