La dérangeante énigme Blanchot

La revue Lignes analyse les engagements de l’écrivain à l’extrême droite avant-guerre.

Peut-on critiquer celui qu’on a encensé et admiré, qui fut et demeure l’une de nos grandes figures intellectuelles tutélaires ? C’est l’exercice dérangeant auquel se sont livrés les principaux contributeurs réguliers de la revue Lignes , haut lieu des amis de Maurice Blanchot, à propos du passé de celui-ci avant-guerre, alors virulent publiciste de l’extrême droite maurrassienne, et bientôt maréchaliste. Certes, l’engagement nauséabond durant les années 1930 de l’auteur de l’Écriture du désastre était…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents