Les centres sociaux parisiens annulent leur mobilisation du 15 mars

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Illustration - Les centres sociaux parisiens annulent leur mobilisation du 15 mars

L’affiche a fait son effet , notamment dans l’équipe d’Anne Hidalgo, candidate PS à la mairie de Paris : le rassemblement prévu le 15 mars pour la défense des centres sociaux sur le parvis de l’Hôtel de ville a été annulé.

Pressions de la favorite ? « Le problème n’est pas là , assure Marie-France Gueyffier, présidente de la Fédération des centres sociaux dans la capitale. Nous avons entamé début février une mobilisation, via notamment une pétition qui a déjà recueilli près de 5000 signatures, et nous voulons qu’elle soit massive ! »

C’est-à-dire qu’elle réunisse un maximum d’habitants venant marquer leur attachement à leurs centres. Le 15 mars venait-il trop tôt ou le scrutin a-t-il finalement rebuté certains centres ?

« La mobilisation se poursuit, rappelle Marie-France Gueyffier, les centres sociaux parisiens sont sous-financés par rapport aux besoins de la population et à la défaillance d’autres services publics. Il faut ouvrir un chantier sur leur mode de financement ! »

Lire > Les centres sociaux s’invitent dans la campagne



Haut de page

Voir aussi

Articles récents