Venezuela : l’équilibre de la violence

L’incapacité du gouvernement à résoudre les pénuries et l’échec de l’opposition à gagner les classes populaires entretiennent un conflit sans fin. Correspondance à Caracas, Jean-Baptiste Mouttet.

Depuis un mois et demi, Caracas, la capitale du Venezuela, est le théâtre des mêmes scènes de violence. La place Altamira et ses environs, dans la municipalité aisée de Chacao, voient se dresser des barricades. Des jeunes préparent des cocktails Molotov, le visage caché derrière des foulards. En contrebas, les forces de l’ordre attendent le signal derrière des boucliers transparents : lancer d’explosifs, envoi de lacrymogènes, parfois des jets d’eau. L’affrontement dure jusqu’à la nuit tombée. Une fois…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

La bataille de l’information

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents