Carolis, ambassadeur de Siam

Ce « Grand Tour » entre la Thaïlande et le Cambodge déploie des moyens fastueux pour un résultat quelconque et une forme documentaire contestable.

Le voyage s’ouvre au château de Versailles, où demeure dans les réserves un tableau de Jean-Léon Gérôme illustrant la visite d’une ambassade du roi de Siam, Rama IV, à Napoléon III, au château de Fontainebleau, le 27 juin 1861. Pour Patrick de Carolis, c’est assez pour inviter le téléspectateur à le suivre sur les traces du souverain, entre la Thaïlande et le Cambodge, dans un nouvel épisode du « Grand Tour », estampillé « documentaire culturel », attirant à chaque diffusion entre 2,8 et 3 millions de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents