Gaz de schiste : la brèche ukrainienne

La menace russe sur l’approvisionnement de l’Union européenne en gaz naturel donne des arguments aux partisans du recours aux hydrocarbures non conventionnels.

C’est une vieille crainte européenne que ravive la crise ukrainienne depuis des semaines : et si Moscou, maîtresse d’une grande partie des livraisons de gaz naturel à l’Union, lui fermait le robinet en représailles au soutien qu’elle apporte au nouveau régime de Kiev ? La menace, bien que peu crédible (voir p. 7), n’en a pas moins rapidement alimenté les débats sur les possibles parades. Et, de Bruxelles à Strasbourg, de Washington à Berlin et peut-être bientôt à Paris, c’est le retour des spéculations sur…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents