Italie : Matteo Renzi fait du Tony Blair

Le nouveau président du Conseil met en place une politique mêlant relance et flexibilité. Un contre-exemple aux politiques d’austérité ? Pas vraiment si l’on en juge par le précédent britannique.

Comment appréhender la politique mise en œuvre par Matteo Renzi depuis sa récente arrivée à la présidence du Conseil ? Adepte de la communication tous azimuts, ne cessant de fréquenter les nombreux talk-shows politiques qu’affectionnent les Italiens, il est surnommé « Renzusconi ». Jeune homme pressé de 39 ans issu de la démocratie chrétienne, il s’est présenté lui-même en rottamatore de la politique italienne : littéralement, celui qui envoie à la casse les vieux ténors des partis. Mais, comme nous…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents