L’ivresse du bon mot

As du récit burlesque et digressif, Sébastien Barrier dresse dans Savoir enfin qui nous buvons sept portraits de viticulteurs du Val-de-Loire, et fait l’éloge du vin naturel.

Ceci n’est pas une dégustation. Ni une conférence. Du moins pas une dégustation ni une conférence traditionnelles, c’est sûr. Sébastien Barrier, hôte farfelu qui invite son public à se munir d’un verre à pied et à s’installer autour de petites tables rondes, ne se prive pas de le faire remarquer. Il s’en vante même, ce « clown officiel du vin naturel en France », comme il dit. Savoir enfin qui nous buvons est à l’image des circonstances de sa création : traversé par une logique étrange et un humour nourri…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.