Qui veut la peau de l’ours polaire ?

Plus que par la chasse, l’animal est menacé par le réchauffement climatique et la pollution régionale, estime Farid Benhammou. Et son sort est indissociable de celui de la banquise arctique.

Farid Benhammou  • 3 avril 2014 abonné·es

Quel avenir pour l’ours polaire ? Ainsi s’intitulait le 2e colloque international sur la question qui se tenait à la Cité des sciences de La Villette, à Paris, les 28 et 29 mars, à l’initiative de l’association Pôles actions et de Rémy Marion, photographe et spécialiste de l’espèce [^2]. À l’heure de la mondialisation, des experts principalement venus de Norvège, du Canada et du Danemark ont croisé leurs connaissances et replacé la situation de l’ours blanc dans les contextes plus larges du changement climatique, des écosystèmes marins, de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 4 minutes