Une raclée sans précédent

Les électeurs ont infligé au PS une déroute historique aux conséquences en cascades. Le PCF n’est pas épargné, qui perd plus du quart de ses mairies, tandis de l’extrême droite prend pied sur le terrain local.

Plus qu’une claque, un désastre ou une raclée. Une déroute ou une bérézina. On hésite sur les mots les plus adéquats pour qualifier un scrutin qui restera dans les annales. De mémoire de politologue, on n’avait jamais observé un tel mouvement de bascule lors de municipales, un scrutin dans lequel l’attachement au maire en place et le poids des pesanteurs sociologiques ne favorise guère les alternances. Même en 1977, année où l’union de la gauche avait permis la conquête de près de 90 villes de plus de 20…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents