Égypte : Près de 700 condamnations à mort

La dictature est bien de retour en Égypte.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Un tribunal égyptien a condamné lundi à la peine capitale 683 Frères musulmans, partisans de l’ancien Président Mohamed Morsi. Parmi eux, Mohammed Badie, guide suprême des Frères musulmans, accusé d’avoir fomenté des troubles à la suite du renversement de Morsi, le 3 juillet 2013. À un mois de l’élection présidentielle, le pouvoir en place tient à y rester, en éliminant les adversaires. Quitte à « semer la peur et la terreur dans le cœur de ceux qui s’opposent », selon Sarah Leah Whitson, responsable de Human Rights Watch pour le Proche-Orient. Par ailleurs, le même jour, le Mouvement du 6-Avril, organisation démocrate décisive dans la chute d’Hosni Moubarak en février 2011, a été interdit par la justice. La dictature est bien de retour en Égypte.


Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.