Grands projets dans une Europe sans projet

Les grands projets inutiles et imposés défient la rationalité.

Geneviève Azam  • 22 mai 2014 abonné·es

Rosia Montana, en Roumanie, a accueilli le quatrième forum international sur les Grands Projets inutiles et imposés (GPII). Ce lieu est devenu le symbole d’une résistance à l’extractivisme, ici une mine d’or pour l’instant mise en sommeil grâce à la mobilisation populaire. D’autres résistances du même

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Chaque semaine, nous donnons la parole à des économistes hétérodoxes dont nous partageons les constats… et les combats. Parce que, croyez-le ou non, d’autres politiques économiques sont possibles.

Temps de lecture : 3 minutes