Grands projets dans une Europe sans projet

Les grands projets inutiles et imposés défient la rationalité.

Rosia Montana, en Roumanie, a accueilli le quatrième forum international sur les Grands Projets inutiles et imposés (GPII). Ce lieu est devenu le symbole d’une résistance à l’extractivisme, ici une mine d’or pour l’instant mise en sommeil grâce à la mobilisation populaire. D’autres résistances du même ordre se développent dans l’Union européenne, à Thessalonique par exemple, également contre une mine d’or, sans parler des luttes européennes contre l’extraction des huiles et gaz de schiste. Ces luttes sont…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents