Intermittents

Une raison d’espérer pour les intermittents, tandis que se tient ce samedi la 3e Marche pour la culture ?

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Coup de théâtre dans la lutte des intermittents contre le texte de la convention Unedic visant les annexes 8 et 10, que le gouvernement s’apprête à agréer. Le 7 mai, Martine Aubry a adressé un courrier à François Rebsamen – qui occupe un ministère dont la maire de Lille a eu par le passé la charge, le Travail – pour lui exprimer les dangers de ce texte : « Une réforme, aussi impérative soit-elle, ne peut avoir pour unique objectif de faire des économies. Elle doit aussi être porteuse de justice et accompagner chacun équitablement en veillant particulièrement à préserver les droits des plus précaires, déjà durement frappés par la crise. » Cette interpellation n’est évidemment pas passée inaperçue. Au point d’entraîner le PS dans la même voie : deux jours plus tard, son premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis, s’est fendu d’un courrier d’une même teneur. Une raison d’espérer pour les intermittents, tandis que se tient ce samedi la 3e Marche pour la culture ?


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.