Le FN arrivé en tête : à qui la faute ?

Au lendemain des européennes, le PS paye au prix fort les incohérences de sa politique nationale et sa soumission à Bruxelles, mais il n’est pas le seul à être responsable de la montée du FN.

Elle devant et tous derrière. Jamais le Front national n’était arrivé en tête d’une élection nationale. Jusqu’à dimanche. Avec 24,85 %, le parti de Marine Le Pen devance nettement l’UMP (20,8 %) et plus encore le PS (13,98 %) dans un scrutin toujours marqué par une forte abstention : 57,57 % contre 59,37 % en 2009. Cette indéniable victoire de l’extrême droite marque également par sa diffusion géographique. Les listes frontistes, sans toujours avoir fait une campagne de terrain, hormis par affiches,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents