Le peuple perdu de la gauche

Éric Fassin invite à repenser les représentations des classes populaires et leurs liens avec les minorités.

Les intellectuels peuvent-ils encore, de nos jours, peser sur la vie politique ? Leur engagement peut-il avoir quelque influence sur la gauche, fût-elle de gouvernement ? C’est bien ce que voudrait, à travers ce petit livre énergique, concrétiser le sociologue Éric Fassin. Mais, comme il le souligne d’emblée, le problème est que cette gauche de gouvernement n’est plus… de gauche. En proie depuis trois décennies à une « dérive droitière » ininterrompue, quand bien même elle se présenterait comme «…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents