Proche-Orient : Le symbole du pape

À Bethléem, il s’est arrêté devant le mur de séparation érigé par Israël.

Politis  • 29 mai 2014
Partager :

Au cours d’un voyage au Proche-Orient, du 24 au 26 mai, extrêmement balisé, le pape François a dérogé une fois au protocole et au programme. À Bethléem, il s’est arrêté devant le mur de séparation érigé par Israël. Un mur qui symbolise la colonisation des territoires palestiniens et dont la construction a provoqué la destruction de nombreuses maisons, et dévasté les cultures des paysans. Le pape s’est recueilli face à l’imposante paroi. Un geste qui n’a pas dû plaire aux dirigeants israéliens. À cet endroit, le sinistre édifice est au plus haut, atteignant huit mètres et fracturant la ville de Béthléem.

Monde
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don