Brésil : Colère au pays du « futebol »

Alors que les douze stades de la Coupe du monde, prêts ou non, viennent d’être livrés à la Fifa, les revendications sociales se font toujours entendre. Correspondance à Rio, Marie Naudascher.

Depuis qu’il a revêtu son costume de Batman pour les grandes manifestations de juin 2013, Eron Morais de Melo, 33 ans, n’a pas raté une seule mobilisation. Dans son habit noir moulant, il dénonce « cette “Coupe de la honte” qui exige des standards Fifa [Fédération internationale de football] pour les stades et laisse les hôpitaux et les écoles dans un piteux état ». Derrière son masque de super-héros, ce prothésiste dentaire répète inlassablement sa colère de « vivre dans une ville corrompue et violente,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Décolonisation inachevée

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents