Brésil : Colère au pays du « futebol »

Alors que les douze stades de la Coupe du monde, prêts ou non, viennent d’être livrés à la Fifa, les revendications sociales se font toujours entendre. Correspondance à Rio, Marie Naudascher.

Marie Naudascher  • 5 juin 2014 abonné·es
Brésil : Colère au pays du « futebol »
© Photo : AFP PHOTO / YASUYOSHI CHIBA

Depuis qu’il a revêtu son costume de Batman pour les grandes manifestations de juin 2013, Eron Morais de Melo, 33 ans, n’a pas raté une seule mobilisation. Dans son habit noir moulant, il dénonce « cette “Coupe de la honte” qui exige des standards Fifa [Fédération internationale de football] pour les stades et laisse les hôpitaux et les écoles dans un piteux état ». Derrière son masque de super-héros, ce prothésiste dentaire répète inlassablement sa colère de « vivre dans une ville corrompue et violente, car Rio de Janeiro est une Gotham City ». Batman n’est pas prêt à baisser la garde contre

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 6 minutes